Hmmm, j’ai passé la journée dans un état second. Curieusement, dès le réveil, même si ma nuit m’a parue incomplète, je ne me sentais pas fatiguée. Mon esprit était remarquablement clair, comme rarement.

La nuit dernière, je crois avoir fait un voyage astral. Perplexe dès le lever, je suis allée consulter le net dans l’après-midi pour voir quels genres de témoignages je trouverais. Mais si certains signes semblent concorder pour me confirmer la thèse de la projection astrale, je n’ai pas lu d’histoire correspondant à ce que j’ai vu, ou cru voir.

D’abord, qu’est-ce que c’est que cette histoire de fil d’argent qui soit disant doit relier mon corps astral à mon corps physique ? Est-ce parce que je suis d’origine asiatique que je n’ai pas de fil ? Et pourquoi tant de gens voient leur corps physique d’en haut et semblent même voir leur corps astral puisque les forums d’ésotérisme regorgent de recommandation comme quoi il faut surveiller nos pieds astraux ?

Désolée mais je ne me suis jamais vue en lévitation, ni n’ai vu mes pieds fantômes. *grattouillant ma tête*
Est-ce que j’ai rêvé ce qui s’est passé ? Mangé quelque chose qui ne m’aurait pas réussi la veille ? Abusé du thé vert ?

Ce n’est pas la première fois que j’ai ce genre d’expérience. Mais c’est la première fois que j’envisage sérieusement l’éventualité d’avoir fait une sortie de corps.
Cela ne dure pas longtemps pour moi. Mais je n’ai jamais conscience du temps. Je ne sais pas quand cela arrive et quand cela commence. Et lorsque je reprends conscience, il ne me vient pas à l’esprit d’aller consulter l’heure. Mais j’ai toujours l’impression que c’est très court : quelques secondes ou une poignée de minutes.

Les gens semblent pouvoir voir leur corps physique ou rester dans les environs de chez eux, ou du moins se projettent auprès de proches.

Moi, je ne sais pas où je me rends.
Cela commence par un état de détente étrange. Puis une sensation de basculement, une sorte de vibration inhabituelle dans mon corps et soudain, je suis comme happée vers ailleurs. Une part de moi reste focalisée sur mon corps. Je le sens respirer et lui intime de respirer car j’ai l’impression que si je l’abandonne, il va cesser de le faire. Tandis que cette part de moi reste attachée à ma part concrète, mon esprit s’engouffre dans l’inconnu.

Je n’ai jamais vu mon corps physique lors d’une projection ou même constaté si mon corps astral en était le double. J’ai juste l’impression d’être sans corps défini. Je ne vois pas les environs de ma chambre ou de ma maison. Rien de tel.

La première fois que ce phénomène m’est arrivé, j’ai eu cette sensation d’être arrachée de mon enveloppe charnelle et projetée à une vitesse folle directement dans le cosmos.

J’en garde encore un souvenir mi-effaré, mi-émerveillé.
Pourquoi ma vision de l’univers n’a pas les couleurs que l’on voit sur les photos des livres ou reportages d’astronomie ? Pour moi, l’espace est noir, constellé d’étoiles blanches aux reflets bleutés.

Cette première fois, je me rappelle surtout de la vitesse incroyable avec laquelle tout défilait. A un moment donné, un tapis animé d’étoiles s’offrit à mon regard. Elles illuminaient l’espace, si nombreuses que le noir de l’univers s’effaçait. Et elles grouillaient fébrilement, traçant et retraçant sans temps mort des dessins plus merveilleux les uns que les autres. A peine avais-je un millième de seconde pour apprécier la beauté d’une configuration que les astres se déplaçaient aussitôt pour recréer un autre tableau évanescent.

J’aurais voulu retenir ne serait-ce qu’une seule de ces visions scintillantes, mais leurs mouvements incessants ne me permirent pas de capturer la moindre image et de l’imprimer dans mon esprit.

J’aurais souhaité rester et contempler indéfiniment ce spectacle enchanteur, mais je me sentis tirée malgré moi en arrière. Et j’ai replongé dans mon corps physique.

Après cela, j’ai peut-être fait 2 ou 3 autres sorties, je ne sais plus.
Mais je pense qu’à la projection précédant celle de la nuit dernière, j’ai senti une présence.

Mes sorties se font toujours dans le cosmos. Comme si j’étais une étoile filante. Et l’avant-dernière fois, je crois avoir vu une lumière blanche au bout de mon excursion. Je ne suis pas sûre mais j’ai peut-être cherché à communiquer avec cette lumière, ou c’est elle qui a voulu communiquer avec moi.

Je n’ai vu que des étoiles blanches aux reflets bleutés lors de mes traversées spatiales. Ce sont toujours des étoiles blanches bleutées. Pourtant le voyage n’est jamais le même et la beauté céleste toujours inédite.

La nuit dernière, je n’ai pas de suite reconnu les signes d’une imminente sortie de corps. Mais dès que j’ai ressenti cet étrange vertige, je m’y suis préparée. Cette fois-ci, je n’ai pas joué les étoiles filantes. Je suis de suite rentrée dans un tunnel. Un peu du genre de ce que l’on voit dans Stargate, lorsque les explorateurs plongent dans le cercle de la porte et que les étoiles défilent autour d’eux comme s’ils faisaient le toboggan dans un tube strié de traînées luminescentes blanches et bleues.

La glissade dans mon tunnel fut très rapide et au bout, j’y ai vu des gens. Trois personnes.
Etaient-ils vraiment des gens ? Ou des êtres ?
Les témoins de voyages astraux parlent de l’existence d’entité qui peuvent prendre une apparence humaine.

Je ne suis pas sûre dans mon cas qu’il s’agissait d’humains. En fait, j’en doute.
J’étais baignée dans le blanc. Les 3 personnes semblaient constituée de noir et blanc. Il n’y avait pas de gris, juste du noir et blanc. Un peu à la manière d’une photo avec un flash trop intense ou un éclairage éblouissant, c’était comme si tout était lumineusement blanc. Comme si je ne pouvais plus tracer les contours de leurs visages et silhouettes qui se fondaient dans le blanc ambiant. Seules les taches noirs des cheveux, du dessin des yeux, de la bouche m’apparaissaient.

Il y avait un jeune homme, le seul que j’ai longuement fixé parce qu’il me regardait directement avec l’intention, je pense, de communiquer avec moi.
Je me souviens d’une fille, plus en retrait. Je pense qu’il s’agissait d’une fille à cause d’une longue chevelure ondulée et quelques traits du visage plutôt féminin. Et je crois qu’il y avait une troisième personne mais je n’arrivais pas à la distinguer.

Pour le jeune homme, il a dû vouloir me dire quelque chose. Pas en parole. Mais dans le langage universelle. En cherchant à envoyer à mon esprit des images. Mais je ne me souviens pas de ce qu’il a voulu me transmettre. Je sais juste que je n’ai pas compris. Que cela m’a rendue perplexe et désolée.

J’ai tenté de rester encore un peu plus longtemps, mais de nouveau, j’ai ressenti cette pression irrésistible qui me signalait que j’allais retourner dans mon corps physique.

A mon réveil, comme à chaque fois après une sortie, j’étais en sueur et vannée.
J’aurais voulu rester plus longtemps. C’était la première fois, du moins je crois, que je voyais des visages. J’aurais voulu pouvoir comprendre ce que l’homme m’a dit. J’aurais voulu pouvoir discuter longuement. Mais je ne connais pas son langage.

Peut-être que la prochaine fois, je reverrai ces trois êtres et que nous pourrons communiquer ensemble. A chaque projection astrale, j’essaie de rester un peu plus longtemps hors de mon corps physique. Mais j’ai l’impression que mes voyages sont toujours trop brefs. Je ne pense même pas dépasser 3 ou 4 minutes hors de moi.

Mais après tout, ce n’est qu’une simple impression subjective. Peut-être suis-je absente plus longtemps et je ne m’en rends pas compte ? Ou peut-être pas.