Je connaissais les Harlequin comics, mais je ne savais pas que l’éditeur japonais Ohzora Shuppan publiait également des adaptations de romances d’autres éditeurs anglo-saxons sous la collection Romance comics (Rc). Voilà qui me réjouit et accroît encore mon intérêt pour ces manga romance. Si pour le moment, mon coeur palpite pour les romances passionnées et sensuelles, voire érotiques, je me suis rappelée que quelques mois plus tôt, une camarade du forum des Romantiques avait demandé des recommandations manga romance pour sa fille adolescente.

Vu mon âge, je suis davantage intéressée par les Ladies et josei avec une pointe de cochonceté. Ce n’est pas que je sois contre les shoujo, mais très peu sont vraiment à mon goût. Lorsque j’ai commencé à les lire, de par mon attirance certaine pour les shoujo avec plus ou moins de sexe — plutôt plus que moins —, la perception de la sexualité dans la plupart de ces manga me mettait déjà un peu mal à l’aise. On a l’impression de retrouver l’esprit des romances d’avant les années 80 — héros alpha obtus et souvent brutal, héroïne soumise façon serpillère, thème du viol prépondérant et normalisé —, sauf que dans ces shoujo, on a affaire à des collégiennes ou lycéennes alors que dans la grosse majorité des romans occidentaux de type romance, les héroïnes sont majeures. Mais bon, je ne vais pas débattre ici de la maturité du lectorat et des spécificités culturelles de chacun.

Dengeki Daisy
Pour en revenir à nos moutons, lorsque ma camarade Romantique a demandé des suggestions de romance manga pour sa fille, j’ai été bien en peine de citer un titre coquin qui aurait mon adhésion, le seul me venant immédiatement en tête — bien qu’il n’y ait pas de sexe mais que je recommande quel que soit votre âge — étant Dengeki Daisy de Motomi Kyousuke, mangaka dont les oeuvres sont des bouffées d’oxygène dans la vaste production des shoujo standards.

Limited LoversNB : Maintenant que la série Limited Lovers de Yamada Keiko est disponible en français, je la recommande aux amateurs de romance. Il y a une petite pointe de sexe, l’histoire est assez classique mais elle a l’originalité de traiter du handicap, et l’héroïne lycéenne est fantastique de force et de détermination. Voilà un shoujo mature et romantique qui emporte toute mon adhésion !

Sur le moment, j’avais déploré l’absence en France de choix en manga romance pour adolescents. J’entends par là que ce qui existe sur le marché, c’est du shoujo innocent ou coquin, mettant en scène des collégiennes/lycéennes. Sinon, pour trouver un peu de sexe, il reste les shoujo matures, ou à la limite les josei et seinen. Mais les adolescents lisent moins les 2 derniers genres. Et de toute façon, comparativement à un roman d’amour, le shoujo mature, le josei et le seinen sont souvent bien prise de tête ou pire, finissent mal.

D’où en apprenant l’existence d’adaptations manga des Barbara Cartland (BC), j’ai vite entamé des recherches. Pour moi, dame Barbara appartient au genre sentimental, en quelque sorte l’étape intermédiaire entre le conte de fée et le genre romance à proprement parler. On a chez elle tous les éléments de la romance sous un aspect plus ingénu, plus idéalisé et le sexe adopte une forme pudiquement suggérée. C’est pourquoi je suis d’avis que ces manga constitueraient d’excellents shoujo d’initiation à la romance.

Sur les 3 livres que je vais présenter dans ce billet, je crois n’en avoir lu aucun, sauf peut-être A world of love/A l’ombre de ton coeur qui me dit vaguement quelque chose mais je n’en jurerais pas. Dame Barbara ayant publié plus de 800 romans, quand on en a lu beaucoup comme ce fût mon cas à l’adolescence, on finit par tous les confondre et au final, les oublier… à part peut-être une dizaine d’entre eux que l’on retient parce que particulièrement originaux par rapport au style habituel de l’auteur ou juste parce qu’ils sont inoubliables.

Barbara Cartland

Titre anglais : A world of love
Titre du roman en français : A l’ombre de ton coeur
Auteur : Barbara Cartland
Artiste : Kyouko Sagara
Genre : Historique
A World of Love
(Cliquez sur la couverture pour lire un extrait en japonais.
Rappel : sens de lecture de droite à gauche.)

Synopsis du roman
A l'ombre de ton coeurGerald de Bramforde s’est mis dans un sacré pétrin au cours d’une soirée trop arrosée, il a perdu aux cartes un somptueux collier de saphirs offert à sa famille par un maharajah. C’est le très distingué marquis d’Ingleton, coqueluche du Tout-Londres, qui en est désormais le propriétaire et, pour le récupérer, Gerald n’envisage qu’une solution : le voler ! L’idée horrifie sa jeune sœur Carmella, mais que faire alors que l’avenir de Gerald est en jeu ? La mort dans l’âme, elle accepte de l’aider. Profitant d’une invitation mondaine, ils pénétreront dans la propriété de campagne du marquis, et Carmella jouera le rôle d’une beauté professionnelle ! Décolleté plongeant, maquillage… La jeune fille change d’apparence mais conserve son âme pure. Face au séduisant marquis amateur de jolies femmes, saura-t-elle défendre sa vertu ?

A World of Love
Comme je l’ai dit plus haut, j’ai l’impression d’avoir lu cette histoire mais sans la moindre certitude puisque je me suis séparée de presque tous mes BC depuis des années, à l’exception d’une poignée dont ce roman ne fait pas partie. Je l’ai plus choisi à cause de cette possible familiarité qui me laisse penser que l’histoire ne devait être pas trop mal. Si cela avait été nul, j’en garderais une aversion instinctive. Et si je ne l’ai vraiment pas lu, et bien qu’à cela ne tienne, c’est le genre de synopsis pour un BC qui me donne envie de lire le livre.

Quant à Sagara Kyouko, j’aime assez ses Hqc donc je lirai ses Rc avec plaisir. Le seul truc un peu agaçant pour moi sur le plan esthétique, c’est qu’elle a trop tendance à souligner la lèvre inférieure, ce qui me donne l’impression que les personnages font la moue avec une lèvre inférieure botoxée à outrance. Autrement, ses dessins sont mignons mais j’aimerais bien qu’elle dessine des personnages avec des physiques plus matures au lieu de corps d’adolescents passe-partout. Néanmoins, cela reste agréable à regarder.

Titre anglais : Love is innocent
Titre du roman en français : Au péril de l’amour
Artiste : Kakuko Shinozaki
Genre : Historique
Love is Innocent
(Cliquez sur la couverture pour lire un extrait en japonais.)

Au péril de l'amourSynopsis du roman
Le Sea Lion quitte en hâte le port d’Alger, et le duc d’Atherstone croit rêver. Il vient de conduire sur son yacht une humble inconnue, après une fuite périlleuse sur les toits de la Casbah. Lui, le don juan cynique, a arraché une jeune Anglaise à l’enfer d’une ” maison d’esclaves ” dont les portes allaient se refermer sur elle : la pure Sélina Gretton, qui a été enlevée à Londres, emmenée de force, et qui sourit, à présent, confiante en son sauveur. Elle ne sait rien cependant de Draco d’Atherstone ni des fastes pervers de ce Monte-Carlo vers lequel ils voguent et où Draco est fiévreusement attendu par l’éblouissante lady Wealdon, prête à tout pour devenir duchesse d’Atherstone…

Love is InnocentAu péril de l'amour
Plus je regarde d’adaptations manga de romances par Shinozaki Kakuko et plus je trouve du charme à son dessin. Là encore, son style très mature m’évoque davantage une esthétique destinée à un public adulte plutôt qu’adolescent.

Je n’imaginais pas que la mangaka en dévoilerait autant dans un BC que dans un Hqc, mais la sensualité des silhouettes de Sélina et des autres femmes au marché aux esclaves dans les premières pages du manga m’a de suite attirée. Je n’ai aucune idée de la valeur du roman, mais l’exotisme des premières pages du manga titille ma curiosité. Dame Barbara a toujours su nous faire voyager !

Titre anglais : The proud princess
Titre du roman en français : La princesse orgueilleuse
Artiste : Mayumi Tanabe
Genre : Historique
The Proud Princess
(Cliquez sur la couverture pour lire un extrait en japonais.)

Synopsis du roman
La princesse orgueilleuseLa princesse Ilona se faisait une joie de rentrer au Doubrozkha après des années d’exil… Hélas ! la cruauté du roi joseph Radak, son père, a fait de ce royaume heureux un pays déchiré par la guerre civile. Pour sauver les Doubrozkhans, Ilona accepte d’épouser le chef des rebelles, le prince Anton Saros dont l’immense popularité et l’ascendant qu’il exerçait sur son peuple la fascinaient…
Le jour de la cérémonie, elle croit rêver : l’homme que la raison d’État lui impose pour mari n’est autre que le mystérieux cavalier qui, un jour, lui a volé un baiser…

The Proud Princess
Le synopsis de ce roman m’a l’air plutôt intéressant. Puis dans l’extrait de la version manga, Ilona semble posséder un bon caractère bien trempé. Une héroïne de dame Barbara avec du mordant, ce n’est pas souvent que l’on en trouve. Cela vaut bien la peine d’aller me dénicher ce roman pour le lire.

Le dessin de Tanabe Mayumi ne correspond pas franchement à mes critères esthétiques mais il n’est pas désagréable à regarder. Et la mangaka retranscrit bien dans ses traits les sentiments et le caractère des personnages. Donc je serais plutôt curieuse de découvrir son adaptation du livre de BC.